Jour 21 : De Nantes à Ingrandes


les folies siffait

Après être resté une journée à Nantes afin d’y visiter ses principaux monuments, j’entame aujourd’hui la troisième partie de mon tour de France qui longe trois cours d’eau du centre de la France à commencer par la Loire.

Rejoignant l’itinéraire de la Loire à vélo sur la rive nord du fleuve, je quitte Nantes par une longue voie cyclable qui passe devant la gare puis s’enfonce dans les bois.

Elle traverse plusieurs camps et de bidonvilles de gens du voyage dont le mode de vie ne me laisse pas insensible : L’eau qu’ils utilisent est encore marron, les maisons sont pour la plupart des abris de fortune et ils semblent vivre entassés dans ces derniers qui m’ont l’air bien petits.

Après avoir traversé Sainte-Luce, je passe sous le pont du périphérique, marquant la fin de l’agglomération nantaise.

À partir de Mauves-sur-Loire, je longe la Loire sur ma droite et le chemin de fer sur ma gauche. TGV et trains régionaux s’y croisent toutes les cinq minutes ! C’est à Mauves que la voie cyclable laisse place à un chemin de terre parfois très étroit pour mon vélo et son imposant chargement.

Arrivé à quelques kilomètres avant le village d’Oudon, je repère un magnifique site que des amis m’ont conseillés : Les folies Siffait. (Ci-dessous une photo prise avec mon drone)

Ce parc panoramique du XIXème siècle est un site magnifique dominant la Loire et le chemin de fer construit par l’architecte homonyme, sur le domaine de la Girardière.

Après quelques dizaines de mètres, je dois malheureusement rebrousser chemin car des travaux d’entretien des rails m’empêchent de passer : Après quelques efforts, je remonte la falaise pied à terre et atteint enfin le village d’Oudin et son château médiéval.

Ce château fut construit au XIVème siècle par Jean IV, duc de Bretagne et est classé monument historique depuis 1866.

Peu de kilomètres après, j’arrive à Champtoceaux et son magnifique château qui servit de forteresse de garde lors de la guerre de Cent Ans.

Apparaît ensuite Ancenis et ses terrains de pétanques qui bordent ses quais de Loire avant de retrouver le pont du Fourreau qui me permet de retrouver un itinéraire plus calme dans la campagne sans les bruits des moteurs de trains.

L’itinéraire s’éloigne un peu du fleuve et me fait traverser plusieurs fermes avant d’arriver à Saint-Florent-le-Vieil.

Saint-Florent-le-Vieil est réputé pour son église abbatiale qui abrite un tombeau qui demeure aujourd’hui un symbole des batailles entre vendéens et républicains : Le tombeau du général Bonchamps.

On raconte que l’architecte David d’Angers, architecte républicain, voulut rendre hommage à l’homme qui épargna la vie de son père alors prisonnier des vendéens dans ce village.

En effet, après leur défaite à Cholet, Bonchamps, qui était général vendéen, fut blessé à mort et contrairement aux autres généraux qui voulaient tuer lés prisonniers républicains, il donna comme dernier ordre son fameux « Grâce aux prisonniers », d’où la signification de la statue sur son tombeau, exhumé par l’architecte David d’Angers qui le plaça dans sa paroisse à Saint-Florent.

L’itinéraire se poursuit ensuite sur la rive sud sur une route peu passante mais où les quelques voitures que j’ai croisé vont très vite. L’étape se termine alors à la petite ville d’Ingrandes sur Loire et son petit bourg fluvial accessible depuis un des nombreux ponts à haubans qui jonchent la Loire sur cette étape.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Préparez votre voyage

Découvrez les plus beaux paysages et sites touristiques de notre beau pays et choisissez vos étapes grâce aux vlogs :