Jour 14 : De Trégastel à Saint-Michel-En-Grèves

Une nouvelle journée ensoleillée commence sur le village de Trégastel.

Après un petit-déjeuner à base de biscuit breton préparé la veille par mon hôte, de café et de jus de pommes locales, il est temps de reprendre ma route.

Celle-ci serpente à travers plusieurs petites routes qui me mènent à Trébeurden.

TrĂ©beurden est une petite ville au magnifique port donnant sur une immense baie, offrant une vue des plus spectaculaires sur plusieurs kilomètres Ă  la ronde et cela, sans avoir Ă  trop fournir d’efforts (c’est du moins mon opinion).

Après cette petite pause Ă  TrĂ©beurden, j’atteins le petit bourg de Servel oĂą je retrouve mon hĂ´te qui souhaitait m’accompagner visiter la petite Ă©glise de caractère et son chemin de croix qui surplombe ce village perchĂ© sur les hauteurs de Lannion.

Lannion, principale ville de cette partie des CĂ´tes d’Armor, comporte deux quartiers qu’il faut absolument voir : Celui de son Ă©glise de BrĂ©lĂ©venez et son quartier historique, situĂ© dans le centre-ville, composĂ© de ruelles typiques et de maisons de caractères aux colombages multicolores et d’une multitude de restaurants.

PrĂ©fĂ©rant quand mĂŞme la discrĂ©tion afin de mieux surveiller mon vĂ©lo chargĂ©, je dĂ©cide de dĂ©jeuner dans l’une d’elle situĂ©e Ă  l’Ă©cart dans une petite rue moins passante. Je sentais le personnel pressĂ© que je termine mon repas mais l’un des serveurs m’interroge ensuite sur mon projet et c’est parti pour plusieurs minutes de dialogues.

La route quitte ensuite Lannion en remontant et passant devant la gare avant de rejoindre une section de voie verte.

Sur celle-ci, je rencontre un couple de promeneurs avec un chien gambadant un peu plus loin.

Au moment oĂą je les dĂ©passe, je les remercie de m’avoir laissĂ© passer quand ils me lancent : « Attention, il va vous sauter dessus ! » En effet, leur chien commence Ă  bondir et manque de me mordre la jambe. S’en suit alors une course-poursuite sur plusieurs dizaines de mètres avant que le rottweiler daigne enfin obĂ©ir Ă  l’appel de ses maĂ®tres.

J’en profite pour prendre de l’avance dans la descente. La voie verte en question est amĂ©nagĂ©e sur l’ancien tracĂ© du chemin de fer reliant autrefois les villes de Lannion et Plestin-les-Grèves.

C’est Ă  Saint-Michel-en-Grèves, Ă  une quinzaine de kilomètres Ă  l’ouest de Lannion que s’achève cette agrĂ©able partie de route.

Ayant encore du temps devant moi, je dĂ©cide de faire un dĂ©tour pour observer la vue sur la mer depuis les falaises de LocquĂ©meau. Il est magnifique mais il se mĂ©rite : C’est une pente abrupte, très abrupte, peut-ĂŞtre mĂŞme la plus abrupte des montĂ©es que j’ai eu Ă  grimper jusqu’Ă  prĂ©sent. Je dĂ©cide de la monter mais ce n’est qu’Ă  la fin que je me rend compte qu’elle Ă©tait trop difficile pour mon vĂ©lo et mes sacoches assez chargĂ©es car elle s’Ă©tend sur plusieurs kilomètres avant de redescendre aussi abruptement au port suivant.

C’est donc en n’ayant pas encore repris mon souffle que j’atteins le petit port de LocquĂ©meau et sa digue de rochers oĂą les vagues viennent se cogner. Le point de vue est spectaculaire : LocquĂ©meau est un centre entre deux cĂ´tes. Ă€ gauche, celle de Locquirec et Ă  droite, celle de TrĂ©beurden.

Une vague apporte soudain une coquille Saint-Jacques vide que je dĂ©cide de ramasser et d’en faire mon souvenir de Bretagne.

Je dĂ©cide ensuite de me diriger progressivement vers mon gĂ®te de ce soir. L’adresse renseignĂ©e sur mon GPS me fait retourner au nord-est, Ă  quelques kilomètres de Lannion.

Mais ne trouvant pas le lieu en question, je demande plus d’explications Ă  mon hĂ´te de ce soir, qui me donne un point de repère en face duquel se trouve mon gĂ®te : Le camping des Capucines de Saint-Michel en Grèves. Et c’est reparti pour vingt-cinq kilomètres avant d’arriver enfin Ă  l’endroit indiquĂ©.

Étant près de la mer, j’avais repĂ©rĂ© plusieurs lieux de restauration pour mon repas de ce soir. Mais après ĂŞtre arrivĂ© sur la cĂ´te, je constate que les deux restaurants auxquels je pensais aller ont mis la clĂ© sous la porte. Les autres ne sont pas ouvert le mardi : Le plus proche qui soit ouvert se trouve Ă  trois kilomètres Ă  Ploumilliau. C’est un bar qui propose des snacks mais hĂ©las, au moment oĂą j’y arrive, je vois quelqu’un en sortir et fermer la porte Ă  clĂ©.

Il me faut alors parcourir dix kilomètres pour atteindre Plestin-les-Grèves et sa crĂŞperie qui, sera certainement ouverte. Elle le fut effectivement Ă  ma grande aubaine et je dĂ®na ainsi rapidement mais en en profitant bien. Je regagne ensuite mon gĂ®te oĂą, après avoir longĂ© l’immense plage de Saint-Effam, je grimpe une nouvelle fois la fameuse cĂ´te de Saint-Michel-en-Grèves.

Cette entrée a été publiée dans Vlog. Sauvegarder le permalien.

1 commentaire sur « Jour 14 : De TrĂ©gastel Ă  Saint-Michel-En-Grèves »

  • Combien de km aujourd’hui sous ce beau ciel bleu ? Certainement beaucoup avec tous ces rebondissements !
    Et des côtes montées avec un bout de mollet en moins ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *